Site officiel des Mercenaires sous l'égide d'Hecate.

 
CalendrierPortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Tipero, Maitre Haut N'öhme

Aller en bas 
AuteurMessage
Tipero
Grand Maître Haut N'öhme
Grand Maître Haut N'öhme
avatar

Nombre de messages : 2221
Age : 27
Selenyte de grade :
Promu au titre : Grand Maître Selenyte
Date d'inscription : 09/04/2009

En Amakna
Identité: Tipero
Disciple de: Xelor Xelor
Cercle: 200

MessageSujet: Tipero, Maitre Haut N'öhme   9/23/2011, 15:33

La Tour de Bonta était impressionnante de part sa grandeur. Elle surplombait la ville et on racontait que la vue de son sommet était incroyable. Beaucoup rêvaient de pouvoir caresser son toit, le fouler de ses pas, pour admirer la vue, sentir la caresse du vent frais, pour se sentir libre dans ce monde où la guerre faisait rage, se sentir exister. Tipero pouvait voir tout cela, rompu à l'escalade, cela ne représentait pas un réel danger pour lui, il savait dans le pire des cas, si une chute arrivait, qu'il n'avait qu'à se téléporter en lieu sûr pour éviter de se rompre le cou. Mais cela n'arrivait pas et c'est essoufflé, mais assez fier de lui qu'il s'allongea un long moment sur cette étendue plane, les mains et les avants-bras douloureux de l'effort qu'ils avaient dû fournir pour arriver jusqu'ici. Cette douleur Tipero préférait l'oublier, il savait qu'elle partirait quand elle se rendrait compte qu'elle n'était pas destinée à la bonne personne. Tipero ne souffrait pas, il exultait.

Placé en haut de la tour, il attendit que son souffle redevienne normal, que les battements de son cœur reprennent un rythme qui lui était familier pour se délecter de la vue qui s'offrait devant lui. C'était beau. La ville en elle même n'intéressait pas le disciple de Xelor, c'est bien plus loin qu'il préférait regarder, les champs de Cania, puis plus loin les montagnes. S'il tournait la tête à l'est, il voyait les plaines rocheuses et devinait se qui devait être la foire du Trool. Restant assis ici avec comme seul plaisir le reflet du monde sous ses yeux, Tipero se perdit dans ses pensées. Pourquoi être venu à Bonta pour escalader cette tour après presque un an sans y avoir vraiment mis les pieds, si ce n'est pour faire quelques courses ? La question ne se posait pas vraiment, il voulait simplement réfléchir, et ce lieu lui était apparu comme une évidence. Une potion avalée, le zaapi payé, il s'était retrouvé à son pied et avant de se tordre le cou à vouloir regarder le sommet qu'il savait qu'il ne verrait pas, il s'était lancé dans l’ascension.

Il avait besoin de réfléchir à son avenir. Cela pouvait sembler risible pour une personne qui maitrisait le temps de penser à son avenir, mais Tipero fonctionnait comme cela. Un flot de souvenirs s'empara de lui. Qui ? Quoi ? Quand ? Où? Tout ce qu'il était vraiment, tout ce qu'il allait devenir était en lui, il le savait, il n'avait qu'à reconstruire le puzzle de ce qu'il avait fait pour s'en rendre compte. Les yeux fermés, il fit alors ce qu'il avait toujours voulu faire.


Un saut en arrière.


Il se retrouvait en 640, dans le froid du mois de Flovor, dans l'ancien QG de l'Aurore, il venait de claquer violemment la porte et des cris résonnaient encore à l'intérieur. Il venait de quitté ce qu'il avait aidé à construire, ce qu'il considérait comme sa fierté. La cité blanche venait de perdre le dirigeant de son armée mais Tipero n'en avait que faire, c'était aller trop loin et la colère qui l'avait poussé à agir ainsi l'avait aussi entrainé sur le seuil de cette porte, la tête dans ses mains comme pour empêcher les cris de pénétrer dans son âme, comme pour faire sortir de son esprit l'épisode qui venait de se produire, cet épisode qu'il n’oubliera jamais. Il savait que l'Aurore était fini, il savait que Sil lui en voulait. "Qu'il aille se faire foutre lui et ses idées à la con, lui qui sait tout, qui voit tout, il l'a vu venir celle là ?". La douceur de ses bandelettes qui sèchent l'humidité d'une, puis deux, non un sanglot qu'il n'arrive pas à contrôler, parce qu'il ne voulait pas. La décision était prise, son sac en bandoulière, le pas décidé, il prit une direction que lui seul connaissait. L'Aurore n'entendit plus parler de lui pendant un long moment...

Toujours en 640, quelques jours plus tard, dans la taverne de la Chopenbois. Les ailes blanches qu'il porte dans son dos ne sont plus les siennes, il le sait maintenant. C'est au court d'une longue discussion avec ses ex camarades de l'Aurore, tout du moins ceux qui ne l'ont pas laissé tomber qu'il s'en est rendu compte. Nosiane, Ying, Powa et Sralock lui annoncent à leur tour qu'il quitte l'Aurore. Pour Tipero c'est un coup de massue auquel il ne s'attendait pas, il se rend compte que son départ de l'Aurore a des répercutions bien plus importantes qu'il ne l'aurait imaginé auparavant. Sans prendre le temps d'annoncer au tenancier qu'il ne passera pas la nuit dans son auberge, il récupère ses affaires et s'en va. Il est en danger dans cette ville qui l'avait autrefois accueillit les bras ouvert. La nouvelle s'était rependue comme une trainée de poudre et Tipero voit le vrai visage de ces habitants qui n'étaient pas aussi bons qu'on voulait le croire. Seul le tavernier avait voulu l'accueillir, réfugié dans une des chambres il était resté caché là le temps que cela passe... Au bout de deux jours il ne tenait plus,il savait ce qu'il devait faire. Il alla voir Amayiro pour lui rendre ses armes, puis à la milice du château d'Amakna afin d'officialiser sa démission des rangs de Bonta. C'est Morrie Gane qui lui rendit sa liberté, qui lui sauva la vie en quelque sorte...

Le 18 Martolo 640, Le Piaf lui implante dans les os de son dos et dans un craquement macabre les élytres qu'il portera le temps qu'il restera dans sa nouvelle famille, les Selenytes, qu'il porte encore dans son dos à l'heure actuelle. Il se souvient encore du commentaire du Piaf ce jour ci : "Ca ne saigne pas beaucoup les disciples de Xelor" et il avait raison, il n'avait pas beaucoup saigné, mais une douleur atroce le pliait en deux. Jamais il ne s'était sentit aussi grand, aussi heureux. On lui apprend qu'il sera sous l'apprentissage de Tubaroid, il en est ravi, car le disciple de Sacrieur avait su lui donner de très bons conseils au moment de la rédaction de sa candidature. Alors il apprend petit à petit, il questionne tout le temps, sur tout. Pourquoi ci ? Pourquoi ça ? Comment on fait ci...? Jamais il ne se tait et c'est peut être ce qui fait ce qu'il est, une personne attachante, un Selenyte en devenir. Certes cela n'a pas été facile tous les jours, il a même failli commettre l’irréversible, faire ce qu'il s'était interdit de faire à partir du moment où il avait claqué cette porte... Deux fois il avait pensé à la neutralisation. Deux fois pour retourner aider ses amis bontariens qui galéraient comme des chiens suite à son départ. Deux fois il s'était traité d'idiot, la dernière avait été comme un électrochoc, il ferait une bêtise si il s'en allait, il le savait. Il devait rester parce que le nom de Selenyte était gravé dans son âme, il devait rester parce que sa place, c'était ici.

Le 7 Maisal 641, le Conseil des Selenytes reconnait le travail qu'il a effectué au sein du clan lui offre une place de Guide Mentor. Quand il est rentré dans le clan, c'était le rang qu'il avait toujours voulu avoir. Coïncidence exceptionnelle, cette promotion tomba le même jour que son anniversaire. Jamais il n'aurait souhaiter avoir un aussi joli cadeau. C'est Falucharde cette fois qui lui implante ses nouvelles élytres, en lui promettant de ne pas lui faire trop mal. A vrai dire peu lui importait la douleur, le cadeau que lui offre le clan est déjà bien assez grand pour qu'il exige de ne pas avoir mal. Là non plus il ne saigne pas beaucoup. Ses nouvelles élytres sont lourdes, il le sait. Plus le poids pèse et plus la responsabilité est importante. Responsabilité, qu'est ce qu'il aimait ce mot, il était pour lui synonyme de liberté et c'était quelque chose qu'il avait toujours défendu, la liberté de chacun. En tant que Guide Mentor, il se sent vraiment à sa place dans le clan, mais qui a dit que c'était une fin en soit...?


C'est en sueur que Tipero revint à la réalité. Il était toujours en haut de la tour et il ne pu dire combien de temps il était resté là haut. Cinq minutes, cinq heures ou cinq jours ? Xelor lui seul pouvait le dire, mais ce n'était pas important. Tirant les conclusions de ce qu'il venait de vivre, Tipero avait appris de lui ce qu'il était vraiment au fond de lui. C'était un homme comme les autres, qui croyait en ses convictions, un homme qui se considérait libre, qui était profondément libre dans le sens où il l'entendait. Certes il avait des responsabilités, mais la responsabilité et la liberté ne font elles pas qu'une? Tipero croyait cela, et l'homme qu'il était fier d'être ce qu'il était devenu, ce qu'il allait devenir. Il savait ce qu'il voulait faire maintenant, il voulait devenir Maitre Selenyte. Il savait ce qu'il lui restait à faire: rédiger un programme et se trouver un nom de Maitre.
Son nom peut être l'avait il toujours su, à moins que le voyage qu'il avait fait à l'intérieur de lui même lui avait ouvert une porte. Il s’appellerait Maitre Haut N'öhme, sa passion pour l'escalade et pour ce qu'il était vraiment au fond de lui, un homme comme les autres, un homme qui avait décidé de prier le Dieu Xelor. Jamais il ne s'était laissé écraser par le temps, toujours il avait trouvé une solution pour se sortir des moments difficiles, le tic tac de son horloge lui avait toujours dit où il devait aller, d'abord à l'Aurore puis après chez les Selenytes. Il ne considérait pas qu'il s'était trompé, avec le recul, il avait simplement changer de voie.

Ce n'était pas un saut en arrière qu'il venait de faire.
C'était un bond en avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tipero, Maitre Haut N'öhme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Uchronie] Le Maitre du Haut Château
» Maitre-picoleur, pandawa au marteau [niveau 199]
» éduque moi ho maitre
» [CDA#1 WHB] Les légions d'Æthin
» Peut on utiliser la sortie haut parleurs vers une entrée micro/auxiliaire (aux in)?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Selenytes  :: Le portail :: Les Selenytes :: Sur les traces du passé du Conseil-
Sauter vers: