Site officiel des Selenytes... Mercenaires, sous l'égide d'Ush.

 
CalendrierPortailAccueilFAQRechercherMembresGroupesConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Selenyte Maures

Aller en bas 
AuteurMessage
Maures
Maître VIP Geud'has
Maître  VIP Geud'has
avatar

Nombre de messages : 3537
Selenyte de grade :
Promu au titre : Maître VIP Selenyte
Date d'inscription : 21/03/2008

En Amakna
Identité: Maures
Disciple de: Enutrof Enutrof
Cercle: 130

MessageSujet: Selenyte Maures   6/17/2008, 18:52

Avertissement à nos lecteurs :

Ce livre a été écrit sur la base de témoignes. Il ne retrace donc pas avec précision le parcours de Maures jusqu’à nos jours mais les auteurs se sont efforcés d’être aussi fidèles avec la réalité que la volonté de vendre l’autorise. Les extraits de journal ont été remis anonymement aux auteurs. Ce livre alterne donc témoignages, écrits de Maures et quelques « assemblages » pour palier à certaines zones d’ombre. Les auteurs déclinent toute responsabilité si l’histoire présentée par eux viendrait à différer avec la Réalité.


Préface :

Apparue aux alentours de 492 sous la forme humanoïde en Amakna, Maures appartient à une famille de sang bleu disciples de l’avare Enutrof de père en fils. Les filles, n’ont jamais créé aucune lignée suffisamment honorable pour s’en vanter. Certaines seraient devenues disciples d'Osamodas, de Crâ, de Féca et d’autres auraient même été touchées de folie, allant jusqu’au culte de quelques divinités inférieures pour la plupart connues de quelques adeptes seulement. Les filles semblaient marquées d’une « tare héréditaire » qui les rend plus craintes que souhaitées.
Son père se faisait appeler Hyrz, ancien bûcheron et mineur du sud d'Amakna, parti au nord pour y faire affaire et devenir marchand à Madrestam – Et échouer ce qui lui valut plusieurs années d'errance qui le menèrent dans les Terres Inconnues, malgré des recherches à ce sujet peu de dires sont concordants encore que ceux qui le sont s’accordent sur le fait qu’il allait en direction des landes de Brâkmar où il sembla périr aux alentours de l’an 620.


****

Vers Maisial 508, (à la même époque où le seul nom du démon Uk'Not'Allag inspirait la crainte à cause de son désengageant vis-à-vis du pacte scellé entre Démons et Dieux) je n'avais que seize ans.

Aucune apparence de disciple d’un des dix membres du Panthéon ne dessinait encore mon visage. Je me trouvais alors au nord de la nouvelle bourgade d'Amakna qu’on appelait "Le Village". "Nouvelle" parce qu’une ou deux années après ma naissance l’ancien
Village a été envahi par quelques monstres qui nous chassèrent et nous firent remonter vers le nord. Les paysans craignaient alors de voir le Démon apparaître au seuil de leur maison. L'atmosphère dans les rues était tendu et quelques arnaqueurs en profitaient pour vendre des "Ailes de Repoussdémoniak", des "Amulettes de Détection de mauvaises attentions" la milice n'existant pas encore et la seule loi était celle du plus fort ou du plus intelligent c’était facile de se faire de l’argent


Mon père m'appela pour que je le rejoigne dans notre maison près des camps de bûcheron où il se trouvait, à proximité des Bois Interdits plus tard d’ailleurs rebaptisée Forêt maudite à cause de plusieurs disparitions jamais résolues.

16 Maisial 508


"[...] C’est bien malgré moi qu'à mon tour à force de les entendre au comptoir, je commence à m’inquiéter [...]. Je loge donc pour deux nuits à
l'auberge d'Amakna, fêtant jusqu'aux premières heures d'un nouveau jour la fin de la saison froide et le début du mois de Summens. L'aubergiste, bourru et bossu comme presque tous les gérants de tavernes jeta dehors les fêtards ne logeant pas chez lui et nous menaça de nous faire dormir dans la paille si nous ne montions pas dans nos chambres "expressément". Il espérait nous faire peur cet imbécile ? Comme si nous craignions de dormir dans sa paillasse, il semblait bien trop pauvre pour risque de perdre des clients.

Quoi qu'il en soit nous sommes montés, non sans exprimer notre mécontentement dans le monte-charge. Ma chambre est maigre: une commode qui a sûrement souffert d’un quelconque trajet en charrette, un lit taillé dans un frêne et une bassine pour se laver. Seule la
vue mérite l'attention des locataires de la chambre: sa seule fenêtre donne sur le moulin de la rivière Kawaïï, on distingue derrière elle des hameaux de colons et plus loin on imagine les Terres Inconnues.

.Fatiguée mais motivée par l'air nocturne qui rentrait par l'ouverture je me suis approchée pour admirer le paysage. Le ciel était propice à la magie selon ce que m’a enseigné Père ; la lune était entièrement présente et éclairait toutes les terres. Au nord-ouest de l’auberge, peut-être sur les montagnes qui nous séparent des Terres Inconnues, un faible éclat indigo attira alors mon attention. Son intensité
variait faiblement mais variait bel et bien, je le fixai pendant quelques minutes jusqu'à ce qu'elle disparaisse sans laisser ni fumée ni autre marque indiquant que ce n’était pas une illusion. Étonnée, je partis dormir puisqu’elle ne réapparaissait pas et que je ne pouvais clairement pas imaginer d’aller sur les lieux.. Aujourd'hui, je crois bien que je n’ai pas rêvé hier et que cet éclat m’est vraiment apparu."

17 Maisial 508


"Je suis partie à l'aube, j'ai sûrement dormi moins de cinq heures mais l'aubergiste faisait du tapage à ma porte pour que je m'en aille. Il cacha mal sa joie lorsque je lui ouvris ma porte avec mon baluchon, je le suivis jusqu'au comptoir où j'eus grande peine à lui verser la bourse que je lui devais.. "Bah !" la prochaine fois je saurai ce qu'il faut penser de son établissement et je dormirai dans les champs. Je suis passée par l’intérieur du du Village, père a raison il n'y a presque que des mendiants là-bas.. J'espère ne jamais devoir me rabaisser comme eux pour quelques quignons de pain. Je campe au sud-ouest du Village, à moins d'une heure de la des baraquements bûcherons des Boulgourdes."

18 Maisial 508


"J'ai choisi de m'arrêter près des premiers campements bûcherons, je m’y suis reposée toute la journée. La forêt est encore dense, il y a beaucoup de travailleurs, j'ai été étonnée par tous ces Wabbits. J'ai failli tomber lorsque deux d'entre eux remontait de leurs routes souterraines à deux pas de mes pieds. J'ai voulu en dessiner en croquis mais ce fut vain ! J'en ai donc décrit un.

"Il semble exister plusieurs type de Wabbits, je pense pouvoir affirmer qu'il en existe trois sortes différentes mais je n'omets pas la possibilité qu'une quatrième existe.
Celui que j'ai choisi de décrire est assez petit, sa peau porte un teint beige et ses oreilles sont étonnamment hautes et semblent vouloir porter le spécimen vers le ciel. Sa dentition est ridicule à cause de deux dents à l'avant qui percent sa bouche et descendent jusqu'au menton. Son corps est svelte, aucune trace ne laisse penser qu'il possède beaucoup de muscles. Il possède en plus une "queue-pompon" noire qui me fait penser à un plumeau. Chaque Wabbit partage cependant le même type de nourriture, ils mangent un même fruit orange. Après une journée à les observer j'ai déduit qu'ils n'étaient pas hostiles entre eux, étonnant pour des êtres que certains qualifient de primaires, n'est-ce pas ?""

20 Maisial 508


"Je suis arrivée aujourd'hui, au lieu de trouver l'habituelle poussière dans la maison j'ai réussi à distinguer le sol, propre ! Père m'attendait face à notre seule table, avec lui se tenait la personne que je reconnus comme étant le sage, le sorcier ou l'alchimiste du hameau (La personne reste la même mais son titre varie selon les habitants) qui comme à son habitude me salua de haut.

" - Aujourd'hui est un jour qui sera important pour toi, Maures. Il est temps de t'orienter. M'expliqua en susurrant presque mon père qui donna la parole à Aet Tipal, l'alchimiste. -Vois-tu sur cette planche se trouve dix pastilles – au fur et à mesure qu’il parlait des pastilles apparaissaient. Chacune ont en elle les flux nécessaires pour devenir le disciple d'un des dix Dieux ou Déesses du Panthéon. Une pierre
noire apparue sans qu'il n’eût à sourciller. Ce fragment qui vient d'apparaître est l'ultime décision, elle n'est utilisable qu'une fois cassée et comme les pastilles son action est irréversible. Tu l'auras peut-être compris, avec cette pierre tu resteras comme aujourd'hui jusqu'à ta mort.
Malgré sa crispation visible, Père récupéra la parole en me souriant. "Vois-tu Maures, certains de tes amis sont passés par cette étape, d'autres étaient déjà liés à une divinité à leur naissance ou d'autres encore le seraient devenus sans ne rien faire.. Aujourd'hui j'ai décidé qu'il faudrait forcer ton destin. Tu as tout ton temps mais un de ces artefacts devra manquer d’ici la nouvelle lune. Aet se tiendra à la maison pour que tu puisses l'appeler et procéder au rituel."

Il fit un signe à Aet et partirent tous les deux, sans que je ne puisse parler depuis mon arrivée dans la pièce. Je m'approchai de ces comprimés, allant du rouge sang au jaune d'or.. J'en effleurai trois - Celles de Féca, Xélor et Enutrof - puis sortis de la pièce..

25 Maisial 508

"Je suis restée hier et aujourd'hui dans la pièce, Aet a bizarrement été sympathique avec moi et grâce à ses explications sur les pastilles j’ai compris que la fumée violette que j'ai vue il y a quelques nuit dans le nord avait été créée par lui, pour moi.
Avec plusieurs ingrédients qu'il n'a pas souhaité me divulguer il avait créé ces dix pastilles en allant d'un temple à l'autre. J'ai choisi la pastille que je fendrai, ce sera celle de couleur or: Celle du Magnifique Enutrof."

"Notes d'Ael Tipat sur les pastilles:

"Devenir le fidèle d’un Dieu est un procédé plus inné que l’on peut le penser. Notamment pour certaines personnes qui dès leur naissance montrent les traits de tel ou tel disciple d’un des Dix. Que le rapprochement avec la divinité se fasse de cette façon ou d’une autre, c’est un processus irréversible à moins d’employer la sorcellerie. Pour s’approprier de façon mécanique (autre qu’à la naissance, le processus naturel) les traits et les attributs d’un fidèle d’un des Dix, il faut déjà avoir une âme «compatible ». En effet, même si les traits ne le montrent pas à la naissance, si un individu qui à sa naissance se présente comme un humanoïde mais devient quelques années plus tard le fidèle de tel ou tel, c’est que dès sa naissance il avait des prédispositions pour le devenir. Aussi cela explique pourquoi certains humains restent humains, alors que d’autres parviennent à se transformer. On peut donc forcer le destin, mais pas le changer. Il faut cependant noter que passé un âge, les prédispositions s’effacent et l’âme ne peut alors plus subir de mutation.

Il existerait plus de trois moyens de s'injecter ou de respirer les essences des dix Divinités pour devenir disciple et leur être dévoué. A ce jour je n'ai trouvé qu'un seul moyen plutôt sûr de le faire: les Selçetispa. Ce sont des comprimés qui, avec maîtrise parfaite de l'alchimie peuvent permettre d'accomplir l'exploit de procéder à une transformation que je pense pouvoir qualifier de génétique. Ces pastilles n'ont qu'un seul ingrédient commun: du diamant pur, ou des éclats de diamant pur. Ils sont extrêmement durs à obtenir ce qui rend ces comprimés rarissimes. Il existe dix Divinités majeures, il n'existe donc 'que' dix sortes de pastilles. Elles ne peuvent se fabriquer qu'avec la pleine lune, je pense pouvoir expliquer cette règle par l’idée que la Lumière Céleste du Panthéon se projette sur tous les coins de ce Monde ce qui permet de créer des objets d’essence divine tels que ces pastilles.

Chaque comprimé doit être créé dans le temple du Dieu ou de la Déesse qu'il représentera ou dans un lieu particulièrement représentatif du caractère de ce Dieu (ainsi on peut imaginer créer le Selçetispa Enutrof dans une mine, mais il est impensable de former celui de Iop dans un lieu de savoir). Il faut cependant noter que choisir un autre lieu que le temple peut ne pas donner de résultat concluant, il est donc conseillé de privilégier les lieux de cultes « officiels ». Il faut un cycle de dix lunes pour créer dix comprimés et permettre à une âme de choisir son signe. Cela explique, en plus du Diamant et du secret de leur fabrication, le fait que les Selçetispa soient presque introuvables même pour de grands mages.

Il existe aussi une pierre, une pierre qu’aucun choc ne peut tailler. Selon mes recherches elle serait trouvable n'importe où, de façon aléatoire. Elle permet de ne jamais recevoir l'essence d'une divinité, mais je n'en ai encore jamais touché."

29 Maisial 508

"Il ne s'est rien passé ces quatre derniers jours, sauf la venue d'un imbécile criant qu'il avait vu le Démon près du campement. Les gars de Père ont organisé une battue, des niais, comme si le Démon pouvait être trouvé comme un simple sanglie des prés... J'écris ces lignes alors que le soleil commence seulement à s'élever. On ne s'occupe plus de moi, chacun est à son travail pendant j'attends avec impatience la Lune depuis quatre jours. Ce sera ce soir, Aet m'a dit qu'elle devait être pleine, la cérémonie ne doit durer plus de quelques minutes.
La pastille est accrochée à mon cou comme pendentif depuis que je l'ai choisie, je ne sais pas si c'est un rite de passage ou une idée d'Aet mais j'ai accepté. Avais-je le choix avec ce mystérieux personnage ? Cette personne est sombre et énigmatique, je ne sais pas à quel point je peux me fier à lui, je ne comprends même pas pourquoi père passe par lui. Quoi qu'il en soit ce soir sera l'heure, l'heure avec un grand "H", un nouveau chapitre de mon histoire va s'écrire.
C'était magique ! Magique c'est le mot, dans tous ses sens. Le lieu des rites était banal: devant la porte de notre maison. Seuls quelques amis de père et Aet étaient là, la lune illuminait terre et ciel, cet éclat semblait m’être réservé et qu'elle s’adressait à moi. Le pendentif ou plutôt la pastille éblouissait le sol, illuminée par le rayonnement de la lune.
Aet m'a alors appelée, une table taillée dans de l'Orme - l'essence la plus rare de notre continent à cause que seuls deux arbres de cette espèce sont connus aujourd’hui - avait été posée près de lui.
Je me suis approchée, la table était légèrement creuse et du granit composait cette cavité. Curieuse par cette installation je me rendis compte en la fixant avec attention que le granit avait été délicatement gravé, les gravures étaient des runes mais je ne connaissais la signification d’aucune d’entre elles.
Le sorcier a retiré mon pendentif de mon cou et me l'a tendu. Lorsque je l’ai pris avec mes mains, les runes sont devenues luminescentes et commencèrent à refléter les rayons de la lune. Aet me fixa d'un air supérieur, montra la pastille du doigt et me murmura, pour que seule moi puisse l'entendre (Mais je pense qu'il ne cherchait qu'à se rendre important et mystérieux) "Ton choix est fait, tu ne peux revenir en arrière, Maures fille de Hyrtz. Si tu te sens prête, casse-la.". Ne voyant plus que ma main, la table, le granit et la pastille, j’ai approché celle-ci de l’autel alors qu’une aura blanche s’élevait de celui-ci, comme si la Lune elle-même le composait. Je fendis alors la pastille de la même façon que l'on fend les œufs de certaines Araknes mais au lieu du liquide noir pur habituel, c'est de la fumée transparente, évacuant une importante chaleur qui s'est élevée des deux parties de la pastille. Automatiquement, elle fonça vers moi et fut absorbée par les pores de ma peau. La fumée devint une brume et je sus plus tard qu’elle devint si opaque qu’on ne me voyait plus. J'ai senti ma tête se boudiner et mes jambes rétrécir, comme si elles ne pouvaient plus supporter mon poids. Je suis tombée à terre, j'entendais la voix de Père qui demandant à Aet ce qu'il avait fait, la fumée se dissipa lentement, ma vision revenait. J'étais devenue un disciple de l’avare Enutrof. »

Une fois la cérémonie terminée et les quelques félicitations données, Maures partit sans laisser d'explications à la maison paternelle. Aet justifia à son père cette décision comme pouvant s'expliquer par le choc qu’a entrainé la transformation chez sa fille. "Un des effets secondaires" qu'il avait oublié de nommer, mais l'histoire s'arrête là au camp des bûcherons.

Maures partit donc de chez elle pour refaire le chemin déjà entrepris quelques semaines plus tôt. Elle monta vers le nord pour rejoindre le temple du dieu Enutrof et y rencontrer les Maîtres de ce Temple. Là-bas élèves et mentors avaient la possibilité de partir jusqu'à la bourgade du Village mais Maures n'en fit rien. Jamais elle ne sortit du temple (Sauf pour aller étudier le minerai dans les mines, mais il
existerait un accès direct dans ce temple mystérieux), elle était donc coupée du Monde, de son actualité et de ses grandes découvertes. Au temple, son maître se faisait appeler Maître Geud'has, il la fit étudier pendant plusieurs années. Selon des camarades de l’ancienne
élève, cet obscur Maître Geud’has était plus passionné pour les lettres et les mots que par les armes, il sembla choisir Maures parce qu’il la sentait proche de cette philosophie. Aussi il semblerait qu’ils évoluèrent dans la magie noire, mais qu’ils étudièrent principalement le passé du Monde des Dix, les victoires et les défaites des anciens d’autrefois. Au bout de ces quelques années d’enfermement dans l’apprentissage, Maures choisit de partir une nouvelle fois sans donner trop d'explications.
Après ce départ aux alentours de 541, il est très dur de suivre cette jeune Enutrof -Bien qu'il semble qu'elle reprit contact avec son père par des lettres - . Cette correspondance nous laisse penser qu’elle se dirigea vers le port d'Amakna pour faire affaire avec une bande de bandits – de la «Blize de Mer » - officiant sur les terres côtières et sur la mer en faisant payer une "Taxe de Droit de Glisse" (TDG), "Glisse" faisant allusion à la navigation des bateaux et cherchant à déstabiliser le nouveau Roi Allister, qu'ils ne reconnaissaient en aucun cas comme leur souverain. Nous avertissons nos lecteurs que nous ouvrons une parenthèse à propos de ce groupe méconnu de nos jours et pourtant historiquement important.
Alors que le gris devenait blanc et que le nouveau village d’Amakna se développait autour des nouveaux grands noms du Continent et de son souverain élu, tout le monde n’était pas partisan pour cette évolution un peu trop rapide. En effet comme dans beaucoup de révolutions, certains anciens profiteurs du manque d’organisation voyaient d’un mauvais œil les nouveaux mouvements.
Bien qu’autrefois concurrents, il devint vite clair pour ces gens qu’il était indispensable de s’allier si elles espéraient sucrer la pomme à leur souhait. Les plus informés apprirent ainsi l’union sacrée des anciennes grandes familles de contrebandiers, receleurs, mais également de bûcherons et mineurs craignant pour leur monopole et la fin du système de concessions. Au final, ce ne sont que cinq ou dix noms qui s’allièrent dans la « Fédération des Importantes Personnalités d’Amakna » ou FIPA mais tout autant de personnes bien décidées à attaquer les jeunes fondations de ce grand changement.
Les cinq dirigeants de la FIPA unirent également leurs anciens collaborateurs personnels qui se transformèrent en de discrets mercenaires. Parmi ceux-ci, il y eut notamment Sharl Varnès, ancien capitaine d’un navire transportant diverses ressources entre la Bourgade et le sud du Continent. Celui-ci se recycla en terreur des mers et fonda la fameuse Blize de Mer, corporation fillede la FIPA. Varnès avait horreur d’être nommé comme un bandit, pirate ou voleur, beaucoup trop rabaissant à son goût. Aussi se qualifia-t-il de corsaire.
A la barre de son navire, le Renaissance, il fut ainsi chargé de contrôler tout le trafic naissant des bateaux allant entre le nord et le sud du Continent (longer les côtes par la mer étant en théorie plus sûre et plus rapide que de traverser les terres) en faisant payer une Taxe de Glisse (TDG) proportionnelle à la taille des navires qui prétendaient relier les ports. Malheureusement pour la FIPA, Varnès vite lassé de laisser passer argent, ébène, if et autres ressources rares, abandonna la noble cause de la déstabilisation du Roy par les mers – d’ailleurs très peu affecté par ces escarmouches – et se lança au pillage des navires.
Varnès avait sous ses ordres une douzaine de coquins recrutés çà et là sur le Continent. Comme lui, aucun ne se fiait à l’un des Dix, préférant se fidéliser aux pintes de bières Peu non-plus n’avaient le pied marin comme lui et quasi tous n’étaient pas très futés. Bref, dans l’ensemble il était entouré d’incompétents ! Mais ces esprits simples présentaient l’avantage au le Capitaine de rarement ronchonner.. D’ailleurs, deux avaient commencé, mais Varnès savait ce qu’il fallait faire dans ces cas-là. Il les fit donc torturer, puis en pendit un au mas du bateau, et jeta l’autre aux flots. Autorité assurée, maintenant il ne craignait plus rien.
Sharl Varnès n’était pas réputé pour son bon caractère, mais il n’avait pas que de mauvais côtés. La preuve indéniable avec la confiance qui se créa avec Hornes A. surnommé « Galwed » qui devint son second dans la recherche de bâtiments à piller.
Revenons au sujet de ce récit. Ainsi nombreux de ces pirates s'accordent à dire que Maures séjourna dans le bâtiment de la Blize pendant une quinzaine de mois avant que Varnès ne devienne indépendant. Bien qu’imbéciles ces marins trouvaient notre Enutrof très étrange. Elle semblait en fait directement liée à la FIPA et servait selon certains comme agent de liaison entre la maison mère et la Blize. Quelques autres théories nous ont été soumises, mais celle-ci semblant la plus probable nous avons décidé de ne pas encombrer nos sympathiques lecteurs de ces histoires. Comme les extraits nous l’ont rappelé plus tôt, Maures était la fille d’un bûcheron. Et bien que les filles de sa famille ne fussent que peu considérées, il est probable que toujours en contact avec son père, celui-ci ait adhéré à la FIPA et ait envoyé sa fille pour assurer ses intérêts et ceux de la Fédération. Il y a fort à parier que notre Enutrof chercha à défendre les intérêts de sa famille jusqu’au bout. Les marins interrogés sont en tout d’accord ; pour eux, un prélèvement (le nom qu’ils donnaient aux opérations pour percevoir la taxe) se passa mal lorsque Vernès et Galwed qui avaient déjà avertis l’ensemble des autres mutins transformèrent ce prélèvement en pillage d’un navire. Maures n’y semblait pas farouchement opposée selon ces témoins, mais le Capitaine et son second ne l’avaient pas pas comprises dans leurs plans. Ils la ramenèrent donc sur le Continent et la laissèrent, tout égard honorable, avec de la nourriture et
quelques pépites d’or.



L'année 544 et quelques passée, Maures réapparut à Madrestam. L’abandon de la FIPA par la Blize avait définitivement sonné le glas de cette ambitieuse organisation, trois de ses membres furent pendus à l’échafaud pour Haute Trahison selon les archives Royaux (il est amusant que ceux-ci ne traitent pas de la FIPA mais uniquement de « Trahison »), et deux autres devinrent repentis. Le père de Maures semblerait comme nous l’écrivions dans le début de ce récit s’être dirigé vers Brâkmar dans la solitude et pauvreté les plus profondes. Il
y mourut.
Maures et les quelques autres membres de la Fédération ne se connaissant pas pour garantir l’intégrité de leurs compagnons (seules les cinq têtes dirigeantes connaissaient l’ensemble des membres de la Fédération, mais il faut rappeler à nos lecteurs que la Fédération ne comportaient que peu de fidèles), elle fut donc libérée de tous ces engagements. Elle chercha à se recycler et à s’intégrer avec les habitants de Madrestam en vivant de la pêche comme le reste des sujets de Son Altesse le Roy en conservant semble-t-il son opinion à propos de cette Gracieuse Altesse.


Dernière édition par Maures le 8/31/2011, 21:58, édité 36 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maures
Maître VIP Geud'has
Maître  VIP Geud'has
avatar

Nombre de messages : 3537
Selenyte de grade :
Promu au titre : Maître VIP Selenyte
Date d'inscription : 21/03/2008

En Amakna
Identité: Maures
Disciple de: Enutrof Enutrof
Cercle: 130

MessageSujet: Re: Selenyte Maures   7/20/2009, 23:22



_________________
Maures


Dernière édition par Maures le 10/31/2009, 22:39, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maures
Maître VIP Geud'has
Maître  VIP Geud'has
avatar

Nombre de messages : 3537
Selenyte de grade :
Promu au titre : Maître VIP Selenyte
Date d'inscription : 21/03/2008

En Amakna
Identité: Maures
Disciple de: Enutrof Enutrof
Cercle: 130

MessageSujet: Re: Selenyte Maures   4/11/2010, 18:43

Je suis une disciple du Dieu Enutrof de cercle 130 et j'essaie de manier au mieux l'eau qui est mon élément de prédilection.

Mes équipements:

Information retirée.

M'accompagnent :

Une magnifique Dragodinde hybride dont les pattes commencent à fléchir sous le poids de l'inactivité et de la vieillesse.

Disponibilité:
Variante.


Les entretiens, mes horaires:

Pour faciliter la prise de rendez-vous entre les Candidats et les postulants pour leurs entretiens je présente les horaires où
généralement je consacre mon temps au clan. Un entretien dure entre quarante et soixante minutes, suivant la prestation.
Même si la personne la personne le présidant n'est pas toujours la même ils se déroulent tous avec le même schéma, bien que nous ajoutions une touche de personnalité parfois. Comme pour les quêtes nous ne pouvons pas en révéler plus sur leur contenu.

Je rappelle qu'il faut postuler avant de passer un entretien, votre candidature doit être dans la pièce nommée l' "Ultime Etape", inutile de nous contacter pour espérer un entretien-raccourci !

Mes horaires donc:

- Le mercredi après-midi dès 13h15, jusqu'à 15h30. A prévoir à l'avance de préférence.
- Le vendredi 15h30 jusqu'à minuit ou plus. A prévoir à l'avance de préférence.
- Le samedi de 13h40à 17h30 et de 20h30 à minuit ou plus.

Ces horaires sont généralement ceux où je fais aussi passer les quêtes et vote aux candidatures. J'y vote normalement deux fois par semaine : le mercredi et le week-end.

J'espère que ces horaires seront utiles,



Maures.



_________________
Maures
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Selenyte Maures   

Revenir en haut Aller en bas
 
Selenyte Maures
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Gripping Beast] Des fantassins Maures 28mm en plastique !
» [Liens] Croisades: armées d'autres joueurs
» CR - Art de la Guerre - La bataille de Zama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Selenytes  :: Le hall :: Les Selenytes :: Présentation des Selenytes-
Sauter vers: